APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT POUR UNE ÉQUIPE DE DEUX CONSULTANTS CHARGÉE D’ÉLABORER UN RAPPORT RÉGIONAL : Indice sur la publicité, la promotion et le parrainage du tabac en Afrique

  • Type de contrat : Consultants (2 consultants)
  • Durée du contrat: 3 mois
  • Date de clôture : 10 octobre 2021
  1. CONTEXTE

L’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA) souhaite louer les services d’un consultant pour mener l’étude sur la contribution financière de ses membres.

L’ACTA est un réseau panafricain à but non lucratif, sans affiliation politique et  d’organisations de la société civile (OSC) dont la vision est de promouvoir la santé en construisant une Afrique sans tabac. Créée en 2008, l’alliance est le seul réseau panafricain de la société civile créé par les Africains et pour les Africains. Actuellement, l’ACTA a des membres dans 39 pays africains. L’alliance s’est développée  en un réseau de synergie et de partage des ressources pour la lutte antitabac en Afrique. L’ACTA assure la coordination des efforts de ses membres pour promouvoir l’adoption ainsi que la mise en œuvre de politiques, d’activités et d’instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux pour la lutte antitabac en Afrique. L’alliance continue de se renforcer et de développer son expertise et devra jouer un rôle clé dans la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) en Afrique.

Actuellement, l’ACTA met en œuvre un projet intitulé ” Renforcer les capacités de l’ACTA pour autonomiser les OSC africaines (2EAC) ” avec le soutien de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF). L’objectif du projet est de contribuer à réduire la prévalence du tabagisme en Afrique par les moyens suivants : (i) renforcer la capacité opérationnelle de l’ACTA pour une coordination efficace de l’agenda des OSC pour la lutte antitabac en Afrique ; et (ii) favoriser la coordination sur la surveillance de l’industrie du tabac en vue de faciliter l’adoption et l’application efficace des politiques conformes à la Convention Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac dans les pays africains.

Avec plus de 1,1 milliard d’habitants, l’Afrique subsaharienne est connue pour sa population très jeune. Près de 60 % de la population africaine est âgée de moins de 25 ans, ce qui en fait le continent le plus jeune du monde[1].  À ce titre, la région africaine est un marché cible important pour l’industrie du tabac[2].  L’industrie du tabac cible donc la jeunesse africaine avec des stratégies de marketing agressives par le biais de la publicité, la promotion et le parrainage (TAPS) avec un large éventail de tactiques qui comprennent l’affichage sur les points de vente, la publicité extérieure, les emballages de tabac et l’utilisation des médias et des nouveaux supports numériques. Pour faire face à cette stratégie de l’industrie et sauver les générations futures de l’épidémie de tabagisme, 44 pays de la région Afrique de l’OMS ont ratifié la CCLAT de l’OMS. Ils prennent des mesures adéquates comme le recommande l’article 13.2 de la convention : “Chaque Partie entreprend, conformément à sa constitution ou à ses principes constitutionnels, une interdiction complète de toute publicité, promotion et parrainage en faveur du tabac. Cela comprend, sous réserve de l’environnement juridique et des moyens techniques dont dispose cette Partie, une interdiction complète de la publicité, de la promotion et du parrainage transfrontaliers en provenance de son territoire. A cet égard, dans un délai de cinq ans après l’entrée en vigueur de la présente Convention pour cette Partie…” Ce faisant, ils reconnaissent qu’une interdiction globale de la publicité, de la promotion et du parrainage réduirait la consommation de produits du tabac.

En outre, l’application de la politique TAPS est l’une des six mesures MPOWER[3] qui jettent les bases d’une lutte antitabac efficace pour les Parties. Sur les 44 parties à la CCLAT dans la région africaine, seules 21 mettent en œuvre cette politique au meilleur niveau[4].

Pour ces raisons, l’Alliance pour le contrôle du tabac en Afrique (ACTA) va entreprendre des recherches pour produire un rapport alternatif sur la mise en œuvre de l’article 13 en Afrique : l’indice africain de publicité, de promotion et de parrainage en faveur du tabac. Conformément aux directives, le rapport évaluera les efforts déployés par certaines parties pour mettre en œuvre cette politique et partagera le point de vue de la société civile.

Une équipe de 2 consultants sera recrutée pour produire le rapport ainsi qu’une fiche d’information régionale couvrant 10 pays.

  1. OBLIGATIONS

2.1- Pour le consultant

Le consultant devra :

  • élaborer un rapport régional : ” Indice sur la publicité, la promotion et le parrainage du tabac en Afrique “
  • participer à une session d’orientation et collaborer avec l’ACTA, au démarrage des travaux de recherche, pour étudier les lois des pays et identifier les pays cibles pour la recherche
  • recueillir et fournir une appréciation de la société civile sur les progrès réalisés en notant et en classant les pays et en fournissant des preuves pour montrer les lacunes dans la mise en œuvre ainsi que les stratégies qui seront utilisées pour stimuler l’application active de la loi
  • garantir un haut niveau de compétence et de conformité de la tâche avec les normes générales de la recherche en santé publique
  • produire un rapport compréhensible à l’échelle africaine et mondiale.

2.2- Pour l’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique

  • fournir des orientations précises à l’équipe de consultants sélectionnée sur l’exécution efficace de cette tâche (définition des indicateurs, sélection des pays, alignement de la méthodologie, etc.)
  • mobiliser ses membres dans les pays cibles pour fournir des données (répondre aux questionnaires) aux consultants
  • revoir et commenter tous les projets soumis par les consultants afin de faciliter leur finalisation
  • fournir toute autre assistance nécessaire aux consultants
  • payer le montant convenu en trois versements comme suit :
  • 35% à l’alignement de la note de synthèse sur la méthodologie et à la signature de la convention ;
  • 45% à la remise du projet de rapport et de la fiche technique
  • 20% à la remise du rapport final et de la fiche technique.
  1. LIVRABLES
  • Une note de synthèse sur la méthodologie/le processus, un plan de travail y compris les principales tâches et les échéances.
  • Un projet de rapport régional et une fiche d’information
  • Un rapport régional final – Indice sur la publicité, la promotion et le parrainage du tabac en Afrique et une fiche d’information.
  1. DURÉE

Le projet durera 3 mois (octobre 2021 et janvier 2022).

  1. CRITÈRES DE SÉLECTION

Les consultants sélectionnés devront :

  • avoir une connaissance approfondie du contexte de lutte antitabac en Afrique ;
  • avoir un diplôme supérieur en santé publique et une expérience avérée dans l’évaluation de la mise en œuvre de la politique de lutte antitabac ;
  • utiliser des outils/logiciels adéquats pour la compilation et l’analyse des données
  • avoir une excellente capacité d’analyse ;
  • avoir d’excellentes compétences orales et écrites en anglais ou en français ;
  • posséder d’excellentes compétences en matière de communication et de rédaction de documents.
  1. MANIFESTATION D’INTÉRÊT

Les consultants intéressés doivent soumettre une déclaration d’intérêt, structurée de manière à inclure les informations suivantes :

  • Lettre de présentation
  • Curriculum vitae du consultant principal
  • Note d’introduction sur la méthodologie, y compris un calendrier.
  • Expérience dans le(s) domaine(s) technique(s) requis ci-dessus
  • Expérience dans des consultations similaires
  • Proposition financière
  1. DATE LIMITE DE DÉPÔT DES CANDIDATURES

Les candidatures doivent être envoyées au plus tard le 10 octobre 2021 à 17h00 GMT par e-mail à applications@atca-africa.org. L’email devra avoir pour objet : “Proposition pour l’élaboration du rapport régional  sur l’article 13 de la CCLAT de l’OMS”.

  1. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
  • L’ACTA se réserve le droit d’attribuer le contrat à tout candidat qu’elle juge qualifié, et d’entamer des négociations avec les consultants sélectionnés pour discuter de toute question qui sera nécessaire pour aider à la sélection.
  • L’ACTA n’engage pas les services de consultants directement ou indirectement associés à l’industrie du tabac. Elle a une politique stricte de non-engagement avec, et n’accepte aucune forme de financement ou de soutien de la part d’une société qui fabrique, distribue, commercialise ou vend des produits du tabac, ou qui fournit une représentation juridique, des services de relations publiques ou de lobbying, ou une assistance marketing à un membre de l’industrie du tabac.
  • Pour toute question relative à cet appel à candidatures, veuillez contacter Mme Irène Senouvor soit par courriel : senouvor@atca-africa.org, soit par téléphone : +228 22 25 15 80 /83, de 8h30 GMT à 18h00 GMT.

[1] Felix Kariba, The Burgeoning Africa Youth Population: Potential or Challenge?, Alliance des villes, juillet 2020, consulté en septembre 2021

[2] Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique, Grands Cigarettiers Petites Cibles: L’industrie du tabac cible les écoles en Afrique, ACTA, consulté en septembre 2021

[3] Organisation Mondiale de la Santé, MPOWER, consulté en septembre 2021

[4] Organisation Mondiale de la Santé, WHO global report on trends in prevalence of tobacco use 2000-2025, WHO, 2021, consulté en septembre 2021

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *