Accueil - LES NOUVELLES D'AFRIQUE
Cet article traite de l’interpellation par la police de certains citoyens Congolais qui fument sur la place publique. Ce fait a été fustigé par les défenseurs des droits de consommateurs. Ces derniers pensent que le consommateur de tabac a le droit de fumer en toute liberté, alors qu’un non-fumeur a déploré la réaction des défenseurs des droits des consommateurs qu’il qualifie d’un appel à l’empoisonnement public.

Santé : les défenseurs des droits de consommateurs fustigent l'interdiction du tabac

27.08.2019

la cigarette qui degage la fumee en publicInterrogé sur la  réaction des défenseurs des droits des consommateurs, un fumeur qui a requis l’anonymat soutient l’avis des défenseurs des droits des consommateurs. Selon lui,  la police n’a pas le droit de  traquer les fumeurs. « Les fumeurs sont partout. Je suis fier de fumer. Même si les textes de la mise en application de cette mesure sont pris, je continuerai de fumer. C’est mon droit. Et je salue la réaction des défenseurs des droits des consommateurs », a-t-il indiqué

Cependant, un non-fumeur a déploré la réaction des défenseurs des droits des consommateurs qu’il qualifie d’un appel à l’empoisonnement public. «Nous savons que la cigarette est un grand destructeur de l’organisme humain. La fumée de la cigarette ne détruit non pas que les poumons du fumeur actif mais aussi ceux de son environnement immédiat. Alors pourquoi l'association des défenseurs des droits des consommateurs peut-elle encourager des fumeurs alors qu’elle sait pertinemment que le tabac détruit ?  Cette réaction n’est qu’un appel à l’empoisonnement public et c’est grave », a-t-il regretté. Un médecin abordé sur la question a rejeté catégoriquement la réaction des défenseurs des droits des consommateurs. «La cigarette est un poison dangereux en vente légale, il faut donc arrêter de fumer », a-t-il dit.

 En rappel, le décret n° 2018-216 du 5 juin 2018 portant interdiction de fumer dans les lieux à usage public s’inscrit dans la mise en œuvre de la loi n° 12-2012 du 4 juillet 2012 relative à la lutte anti-tabac. Il était désormais dit qu’en République du Congo, il est strictement interdit de fumer dans les espaces à usage public ou collectif, dans des lieux de travail, dans les transports en commun ainsi que dans les lieux ouverts ou fermés à usage commun d’habitation. Et les avertissements sanitaires ne doivent être en aucune manière dissimulés, voilés ou séparés par d’autres indications.

Source: Agence d’Information d’Afrique Centrale