SURVEILLANCE DE L’INDUSTRIE - Congo Brazzaville
xxx

Ingérences de l’industrie du tabac au Congo Brazzaville

Lutte contre le tabagisme au Congo Brazzaville
Le Congo Brazzaville a signé le CCLAT le 23 mars 2004 et l’a ratifié le 6 janvier 2007. Entre la signature et la ratification de la Convention, une circulaire (n° 00392) a été rédigée en octobre 2006 et qui :

• interdit la publicité sur le tabac dans les médias (radio, télévision, panneaux d’affichage, posters et la presse) ;

• interdit la promotion du tabac dans les bars, les hôtels, les restaurants et les boîtes de nuit ; et
• permet la promotion des marques de tabac dans un rayon de 2 mètres autour des points de vente des produits dérivés du tabac.

Une loi nationale sur la lutte contre le tabagisme au plan national fut adoptée le 12 juillet 2012, mais aucun décret n’est pas encore pris à ce jour pour sa mise en œuvre. Entre-temps l’industrie du tabac continue comme si de rien n’était, sa stratégie de marketing et en même temps ses ingérences dans la formulation de la politique sur le tabac aux fins de fragiliser la lutte contre le tabagisme.

Ingérences de l’industrie
Au Congo Brazzaville la première compagnie de tabac qui est une succursale du groupe Tobacco impérial s’appelle « Société industrielle et agricole du tabac tropical » (SIAT). Des cigarettes sont également importées des pays voisins tels que : le Gabon (SOCIGA) et du Cameroun (BAT).

Beaucoup de cas d’ingérence de l’industrie du tabac dans les politiques de lutte contre le tabagisme ont été signalés au Congo Brazzaville.

1) L’industrie est fortement impliquée dans le retardement du processus de validation des quatre (4) décrets qui sont requis pour la mise en œuvre de la loi adoptée en 2012. Malgré les efforts concertés des partenaires régionaux, y compris l’OMS, les décrets ne sont toujours pas adoptés. L’industrie s’ingère dans le processus de façon très discrète, comme c’est le cas dans d’autres pays, en recherchant le soutien de personnalités-clés au sein du Gouvernement et de l’administration.

2) L’industrie essaie d’obtenir le soutien du Gouvernement en demandant sa contribution au développement économique du pays et en exagérant sa contribution aux recettes nationales.

3) L’industrie du tabac soutient sa prétention à appuyer l’économie en payant une taxe complémentaire sur les produits dérivés du tabac, dont un tiers va au budget du gouvernement et le reste au centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU).

4) Selon toute vraisemblance, il y a conflit d’intérêts à un niveau élevé du gouvernement et de l’administration puisque l’industrie du tabac offre des actions aux fonctionnaires dans le but de faire dérailler le processus d’adoption des décrets de mise en œuvre et de protection de ses propres intérêts.

5) Promotion et Publicité sont un trait caractéristique comme au Congo Brazzaville malgré la circulaire n°003922 de 2006 interdisant toute activité de publicité et de promotion. Des kiosques, des parapluies sont utilisés comme point de vente des produits dérivés du tabac et des T-shirts et d’autres gadgets portant des logos et des marques de l’industrie du tabac sont distribuées partout dans le pays.

Suivi-évaluation de l’industrie du tabac au Congo Brazzaville
Le suivi-évaluation de l’industrie du tabac au Congo Brazzaville fut mené par le réseau des O.N.G. congolaises de lutte antitabac (ROCAT), un réseau de OSC impliqué dans la promotion de la santé en général et de la lutte contre le tabac en particulier avant la réalisation du projet TIM, ROCAT, avec le soutien de l’ACTA, fut activement impliqué dans le renforcement des capacités des OSC, soutenant l’adoption de la Loi de 2012 sur la lutte contre le tabagisme et l’élaboration des décrets d’application.

L’objectif du projet de suivi-évaluation de l’industrie du tabac avait pour objectif au Congo Brazzaville de contrecarrer les ingérences de l’industrie du tabac dans l’élaboration des décrets ministériels. Les activités ci-après ont été organisées :

Une équipe TIM fut mise en place pour systématiquement suivre, exposer et dénoncer les activités de l’industrie du tabac. L’équipe TIM fut mise en place à la suite de l’atelier de formation sur le suivi-évaluation de l’industrie du tabac organisé par l’ACTA à Lomé au Togo en 2013 et auquel ont participé un journaliste et un représentant de ROCAT.

Des conférences de presse furent organisées et auxquelles ont participé les agences de médias privés et publics majeurs, dénonçant les tentatives de l’industrie du tabac pour retarder le processus d’adoption des décrets et de leur mise en application. Plusieurs articles furent publiés, indiquant un plus grand engagement des médias dans la lutte contre le tabagisme.

ROCAT a mené des activités de plaidoyer auprès de l’administration publique, des politiciens, des gérants de bars, des parlementaires et des organisations religieuses par le biais de réunions en face-à-face pour engranger du soutien pour l’adoption des décrets d’application. Ces interventions ont créé un environnement plus favorable pour la lutte contre le tabagisme et ont généré un soutien accru en faveur des décrets en attente d’adoption.

Principaux acquis
a. La capacité du réseau des ONG à suivre les activités de l’industrie du tabac ont augmenté de façon significative.

b. Une équipe TIM fut mise en place pour suivre et évaluer, exposer et dénoncer l’industrie du tabac.
c. Les médias se sont impliqués davantage dans la lutte contre le tabagisme et le public fut mieux informé des tactiques de l’industrie du tabac.

d. Les décideurs sont devenus plus conscients des ingérences de l’industrie du tabac dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de lutte contre le tabagisme.

Conclusion
L’équipe TIM a joué un rôle-clé dans le soutien de l’élaboration des décrets d’application et de leur protection contre les ingérences de l’industrie du tabac. Il existe un besoin d’une vigilance permanente de façon à empêcher que l’industrie du tabac ne s’infiltre davantage dans l’administration et ne continue à retarder le processus d’adoption des décrets. Un plaidoyer de haut niveau avec le Président et le Ministre de la Santé est nécessaire pour contrecarrer l’industrie du tabac et faire adopter les décrets et d’ingérences de l’industrie du tabac

 

Les ingérences de l’industrie du tabac au Bénin
Les ingérences de l’industrie du tabac au Cameroun
Les ingérences de l’industrie du tabac au Congo Brazzaville
Les ingérences de l’industrie du tabac au Gabon
Les ingérences de l’industrie du tabac en Gambie
Les ingérences de l’industrie du tabac au Sénégal
Les ingérences de l’industrie du tabac en Ouganda

Une pub anti tabac plutôt bien foutue !