Accueil - LES NOUVELLES D'AFRIQUE
Dans le cadre de lutte contre le tabagisme au Burkina Faso, le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat et le ministère de la santé ont conduit une conférence de presse conjointe sur l’implémentation du marquage sanitaire graphique sanitaire des produits du tabac le mardi 25 juin 2019 à Ouagadougou

Lire la suite...

« Le Burkina connaît une prévalence d’environ 17,5% de fumeurs »

06 Juin 2019

 photo tabac

Il est de nos jours établi que le tabac est la première cause de mortalité dans le monde. C’est aussi l’un des fléaux mondiaux les plus graves qui fait d’énormes ravages en vies humaines. A titre illustratif, il est retenu que le tabac est à l’origine de plus de 7 millions de décès dans le monde chaque année dont 4 800 au Burkina Faso.

« Le Burkina Faso comme beaucoup de pays africains connaît une forte propension au tabagisme avec une prévalence d’environ 17,5% de fumeurs, dont la majeure partie est issue de la frange jeune de notre population », a déclaré Johanny Nalkessé, le directeur général (DG) du contrôle économique et de la répression des fraudes.

Le tabagisme, dit-il, est reconnu aujourd’hui comme un problème de santé publique aux conséquences économiques et sociales graves. Face donc à l’ampleur du problème, les pouvoirs publics et les organisations internationales se seraient appesantis pour la lutte antitabac.

Alors, la convention de l’organisation mondiale de la santé (OMS) adoptée en 2003, aurait été ratifiée par de nombreux Etats membres, dont le Burkina Faso en juillet 2006. Cependant, l’entrée en vigueur de cette convention va créer une obligation légale pour les Etats-parties, notamment celle de réduire le caractère attrayant des produits du tabac pour le consommateur, d’augmenter la visibilité et l’efficacité des mises en garde sanitaires sur les conditionnements de tabac et d’empêcher la publicité et la promotion de la consommation de tabac à travers l’emballage des produits du tabac.

Conditionnements

« Des maquettes d’emballages ont été proposées par l’industrie du tabac, en conformité aux messages sanitaires écrits ou illustrés sur les emballages des produits du tabac », a indiqué le DG du contrôle économique et de la répression des fraudes.

A ce jour, Johanny Nalkessé a expliqué que les échantillons de conditionnements de dix-sept (17) marques de cigarettes sur trente-trois y compris leurs variantes, ont été reçus pour vérification de conformité par le comité conjoint ministériel.

Il a précisé que seules 14 marques de cigarettes sur ces 17 sont effectivement actives sur le marché et que quelques fabricants et/ou importateurs se sont engagés dans le processus de l’implémentation des marquages sanitaires.

Ce faisant, les échantillons de conditionnements de paquets, de cartouches ou de cartons de 14 marques de cigarettes ont été vérifiés conformes pour être mis sur le marché. « Les paquets des marques les plus vendues sur le marché national représentent 80 à 85% du marché et sont vérifiables conformes pour être mis sur le marché », a souligné le premier responsable.

Il faut noter qu’à partir du 1er juillet 2019, il sera observé sur le marché national des conditionnements de tabac portant les prescriptions du guide d’apposition et dont les images sont appelées à changer chaque 12 mois.

Source: Burkina 24