Interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports: L’Etat ivoirien revient à la charge

L’Etat entend jouer sa partition pour faire comprendre le bien-fondé de la loi relative à la lutte anti-tabac en Côte d’Ivoire. Ainsi, le lundi 31 août 2021, les autorités municipales, les chefs, les leaders de jeunes, les forces de l’ordre, la société civile… de la commune d’Abobo, se sont retrouvés à la salle de la mairie d’Abobo pour procéder au lancement du « projet d’appui à la vulgarisation de la loi relative à la lutte anti-tabac en Côte d’Ivoire ».

Financée par l’Union européenne (Ue), cette rencontre a pour objectif de renforcer le dialogue entre les pouvoirs publics et la société civile. Il est donc question de sensibiliser aux mesures d’interdiction dans les lieux publics et les transports en commun.

Selon le président de l’Ong Clucod, Tall Lacina, il s’agira d’informer les décideurs afin que ces derniers mettent tout en œuvre pour amener les populations à respecter cette loi.

Abondant dans le même sens que l’Ong Clucod, Mme Kouakou Sonia, représentante du Programme national de lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme, la toxicomanie et autres addictions (Pnlta), structure du ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et Couverture maladie universelle, a indiqué l’importance de la vulgarisation de cette loi. Puis a expliqué aux participants que le tabac sous toutes ses formes (cigarette, la chicha et la cigarette électronique) est un poison.

Instruisant donc ces leaders de la commune d’Abobo, elle a soutenu que les conséquences liées à la fumée peuvent entraîner des maladies cardio-vasculaires, les affections respiratoires et plusieurs formes de cancer. Attirant l’attention des uns et des autres sur la chicha, elle a relevé qu’une séance de cette substance équivaut à cent (100) bâtonnets de cigarette.

Aussi, à cette activité, une présentation sur l’évaluation du décret d’interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun dans la commune d’Abobo a été faite.

Ce rapport du Comité/Club Unesco universitaire pour la lutte contre la drogue et les autres pandémies montre qu’il y a un relâchement de la population concernant les mesures d’interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun. Et cela est dû à la non-implication des décideurs de cette commune d’où cette rencontre pour pallier ce détail si important.

Source: Fraternité Matin

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *