Journée mondiale sans tabac : pourquoi les non-fumeurs doivent-ils s’inquiéter du tabagisme passif ?

Journée mondiale sans tabac : pourquoi les non-fumeurs doivent-ils s’inquiéter du tabagisme passif ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le tabac tue huit millions de personnes chaque année. Parmi elles, 1,2 million ont été exposées à la fumée secondaire.

Beaucoup d’autres souffrent de maladies qui limitent leur espérance de vie. À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (31 mai), nous nous penchons sur les dommages causés aux non-fumeurs comme Nalini.

Graphique Consommation mondiale de tabac

Voix rauque

Nalini racontait des histoires captivantes à sa première petite-fille Janani lorsqu’elle a remarqué que sa voix devenait rauque. En peu de temps, elle n’était plus en mesure de parler clairement et était également essoufflée.

Sa maladie a été diagnostiquée comme un cancer thoracique. Les médecins lui ont retiré les cordes vocales et la thyroïde.

“J’ai perdu ma capacité à parler. C’était très décourageant. Ensuite, les médecins m’ont dit que je ne retrouverais pas ma voix d’origine.”

Nalini debout avec un parapluie devant une grande étendue d'eau

CRÉDIT PHOTO,NALINI SATYANARAYAN

Légende image,On a diagnostiqué un cancer à Nalini cinq ans après la mort de son mari

“Il y avait des tubes partout”

Janani – aujourd’hui âgée de 15 ans – se souvient de ce qui est soudainement arrivé à sa “grand-mère très bavarde”.

“Quand elle a été diagnostiquée, elle a été absente de la maison pendant un long moment.”

“Quand elle est revenue, j’avais environ quatre ans. Il y avait des tubes dans son estomac… il y avait des tubes partout. Nous devions nettoyer notre maison souvent et il y avait une infirmière qui restait avec nous. Je ne pense pas que je réalisais la gravité de la situation. Pour moi, c’était juste dégoûtant.”

Cancer thoracique

Nalini a reçu de bons soins médicaux et a pu recommencer à parler avec l’aide d’une boîte vocale vibrante.

Elle connaissait la cause de sa souffrance.

“J’ai eu un cancer à cause de mon mari”, dit Nalini.

“Les fumeurs expirent la plupart des substances toxiques et les fumeurs passifs finissent par les inhaler”.

Substances cancérigènes

L’OMS insiste sur le fait que “toutes les formes de tabac sont nocives et qu’il n’existe pas de niveau d’exposition au tabac sans danger.”

“La fumée secondaire contient plus de 7 000 produits chimiques, dont environ 70 peuvent provoquer un cancer. L’exposition des non-fumeurs à la fumée secondaire augmente de 20 à 30 % le risque de développer un cancer du poumon”, explique Angela Ciobanu, responsable technique de la lutte antitabac au Bureau européen de l’OMS.

Les vapeurs de tabac érodent également la santé de notre cœur.

“L’exposition à la fumée secondaire pendant seulement une heure peut endommager la couche interne des artères coronaires, ce qui augmente le risque de crise cardiaque”, ajoute-t-elle.

Une femme allume une cigarette devant un enfant

Mortalité infantile

L’organisme de santé des Nations unies estime que le tabagisme passif est à l’origine de 65 000 décès d’enfants chaque année. Les enfants exposés à la fumée de tabac secondaire courent également un risque accru d’infections de l’oreille, pouvant entraîner une perte d’audition et la surdité.

“Les enfants ont un risque 50 à 100 % plus élevé de développer une maladie respiratoire aiguë, ainsi qu’un risque accru d’asthme et de syndrome de mort subite du nourrisson.” déclare Mme Ciobanu.

Consommateurs de tabac à l'échelle mondiale

Interdiction de fumer

L’OMS fait également valoir que l’interdiction de fumer bénéficie d’un fort soutien tant chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Selon Mme Ciobanu, “les environnements totalement non-fumeurs sont le seul moyen efficace de protéger la santé des non-fumeurs.”

“Ne permettez à personne de fumer près de vous ou de vos enfants. L’air pur est un droit humain fondamental”, affirme M. Ciobanu.

Cependant, il n’est pas facile de réduire le tabagisme. Selon une analyse de Grand View Research, l’industrie du tabac représentera 850 milliards de dollars en 2021.

Cela représente presque deux fois la production économique – ou le PIB – de la nation la plus peuplée d’Afrique, le Nigéria. La Banque mondiale estime que son économie valait 430 milliards de dollars en 2020.

Selon Grand View Research, l’augmentation de la demande “a été soutenue par le nombre croissant de fumeurs dans les régions en développement d’Asie et d’Afrique.”

Pour protéger leurs intérêts commerciaux, les grandes compagnies de tabac, qui ont les poches profondes, luttent contre les réglementations sanitaires et ont parfois réussi à retarder les interdictions de fumer.

Ainuru Altybaeva debout avec un groupe de femmes en costume traditionnel

CRÉDIT PHOTO,AINURU ALTYBAEVA

Légende image,Ainuru Altybaeva (au milieu) profite de nombreuses occasions pour promouvoir son message anti-tabac, comme cet événement culturel

Un long combat

Ainuru Altybaeva faisait partie d’un groupe de députés du Kirghizistan qui ont uni leurs forces pour faire adopter un projet de loi interdisant de fumer dans les lieux publics en 2018.

Elle a fait valoir que le tabac causait 6 000 décès par an dans le pays et que freiner le tabagisme pourrait réduire la consommation de tabac de dix pour cent.

Mais, elle s’est heurtée à une forte résistance.

“Méchant et personnel”

“En raison de l’affiliation de certains membres du parlement à l’industrie du tabac, la proposition a été envoyée à un comité restreint, ce qui avait pour but de retarder la loi. Des fonctionnaires du ministère des affaires économiques ont également exprimé des inquiétudes quant à la réduction des recettes fiscales”, se souvient Mme Altybaeva.

La situation est également devenue désagréable et personnelle.

“Certaines personnes ont pris la parole sur les médias sociaux pour m’attaquer, moi et ma famille”.

Elle s’est battue sans relâche et en 2021, la loi interdisant de fumer dans les lieux publics est entrée en vigueur. Le travail d’Altybaeva est loin d’être terminé. Elle mène des campagnes de sensibilisation et renforce le soutien contre le tabagisme au sein de différentes communautés.

“Une enquête réalisée en 2013 a montré que le tabagisme chez les hommes diminue lentement, mais que le taux de tabagisme chez les femmes augmente.”

Son hypothèse est que de nombreuses femmes qui fument dissimulent cette habitude et elle veut empêcher les jeunes femmes de devenir dépendantes.

Une photo en gros plan de Mary Assunta souriante

CRÉDIT PHOTO,MARY ASSUNTA

Légende image,Mary Assunta prévient que la lutte contre les grands cigarettiers n’est pas encore terminée

Une lente progression

Les efforts mondiaux visant à ralentir la mortalité due au tabac ont pris la forme de la convention-cadre pour la lutte antitabac de 2005. À ce jour, 182 pays l’ont signée. Les groupes de campagne affirment que les pays doivent aller plus loin que l’interdiction de fumer dans les lieux publics et mettre en œuvre d’autres suggestions contenues dans la convention.

“Une politique antitabac respecte le droit des gens à un air pur”, affirme le Dr Mary Assunta, basée à Sydney. Elle dirige les activités de recherche et de sensibilisation de l’ONG Global Center for Good Governance in Tobacco Control.

“Pour que les interdictions aient un impact sur la réduction des taux de mortalité, elles doivent s’inscrire dans le cadre d’une politique globale de lutte contre le tabagisme, comprenant des taxes élevées, des avertissements visuels bien visibles sur les paquets de tabac, l’interdiction de la publicité et de la promotion du tabac et l’éducation du public.

Même si le nombre de fumeurs dans le monde diminue lentement, il s’élève encore à 1,3 milliard. Selon l’OMS, une cigarette sur dix provient du commerce illicite du tabac, qui n’est régi par aucune réglementation.

Un homme fumant une cigarette

CRÉDIT PHOTO,GETTY IMAGES

Légende image,Les fabricants de tabac ont combattu les nouvelles réglementations visant à réduire le tabagisme

Mme Assunta appelle également les autorités à être plus vigilantes. Elle a trouvé un certain nombre de cas où un produit du tabac est annoncé dans des applications et des jeux populaires auprès des enfants.

“Il est cruel pour une industrie de vendre un produit qui tue prématurément la moitié de ses clients et que ce produit soit responsable de la mort de non-fumeurs. L’industrie du tabac doit être obligée de payer pour les dommages qu’elle a causés et qu’elle continue de causer”, déclare Assunta.

“Je n’en veux pas à mon mari”

De retour à Hyderabad, Nalini ne pense pas à un recours légal. Elle continue à respirer par le trou dans sa gorge. Elle ne peut manger que des aliments mous.

Mais, elle a appris à vivre une vie très indépendante. Elle se considère comme une victorieuse du cancer.

Comme pour prouver ses dires, elle a appris à jouer de la clarinette. Nalini est titulaire d’une maîtrise en botanique et est passionnée de jardinage.

Nalini tenant une plante fleurie

CRÉDIT PHOTO,NALINI SATYANARAYAN

Nalini aime le jardinage et mène une vie indépendante

Elle passe plus de temps à aider ses deux petits-enfants. Janani, qui aspire à devenir vétérinaire, vient souvent la voir pour des cours de sciences.

“Je suis tellement fière d’elle. Elle est une source d’inspiration pour tout le monde. Elle est toujours la même grand-mère joviale”, déclare Janani, rayonnante.

Nalini se rend dans les écoles, les universités, les rassemblements communautaires et bien d’autres endroits, pour informer les gens des dangers du tabagisme passif en mettant en avant sa propre histoire.

Légende vidéo,“Je mène la lutte contre le tabac depuis mon enfance”

Malgré la perte de sa voix et les souffrances qu’elle doit endurer, Nalini n’a aucune rancune envers son défunt mari.

“Je ne me suis jamais sentie en colère contre mon mari. Cela ne servait à rien de pleurer sur son sort. Cela ne va pas résoudre les problèmes. J’ai accepté la réalité et je ne me suis jamais sentie gênée de parler de ma maladie.”

Source: BBC

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.