Le tabagisme et la tuberculose

Le tabagisme et la tuberculose

À propos de la tuberculose

La tuberculose est une maladie infectieuse qui se transmet d’une personne à une autre par voie respiratoire, généralement par la toux ou les éternuements. Selon l’Organisation mondiale de la santé, un total de 1,5 million de personnes sont décédées de la tuberculose en 2020. Dans le monde, la tuberculose est la 13e cause de décès et le deuxième tueur contagieux après le COVID-19.[1]

La tuberculose (TB) est causée par une bactérie (Mycobacterium tuberculosis) qui affecte le plus souvent les poumons. Elle se transmet entres individus par voie respiratoire. Lorsque les personnes atteintes de tuberculose pulmonaire toussent, éternuent ou crachent, elles propagent les germes de tuberculose dans l’air. Il suffit qu’une personne inhale quelques-uns de ces germes pour être infectée.[1]

Tabagisme et tuberculose

  • Fumer régulièrement du tabac multiplie par deux le risque que les personnes ayant été traitées avec succès contre la tuberculose développent à nouveau cette maladie – une condition connue sous le nom de tuberculose “récurrente”. [2]
  • Le tabagisme augmente le risque de contracter la tuberculose (TB), accroît le risque de tuberculose récurrente et altère la réponse au traitement de la maladie.[3]
  • On soupçonne depuis longtemps l’existence de liens entre le tabagisme et la tuberculose, mais des études, associées à l’examen de recherches plus anciennes, ont apporté des preuves définitives de ce lien. En plus d’influencer le risque de contracter la tuberculose, de développer la forme aiguë de la maladie et finalement d’en mourir, le tabagisme est connu pour affecter négativement la réponse au traitement et pour augmenter le risque de rechute.[3]
  • Des études ont montré que la fumée secondaire augmente le risque de contracter la tuberculose, en particulier chez les enfants.[3]
  • Le tabagisme multiplie par 1,6 le risque de contracter la tuberculose. En 2020, 0,73 million de nouveaux cas de tuberculose dans le monde étaient attribuables au tabagisme.[1]
  • Les personnes infectées par la bactérie de la tuberculose ont un risque à vie de 5 à 10 % de tomber malade de la tuberculose. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes vivant avec le VIH, la malnutrition ou le diabète, ou les personnes qui consomment du tabac, ont un risque plus élevé de tomber malade.[1]
  • Le tabagisme a un effet négatif sur la gravité de la maladie au stade primaire, la réponse bactériologique, le résultat du traitement et la rechute dans la tuberculose. L’arrêt du tabac réduit probablement les rechutes et la transmission secondaire.[4]

Lutte contre la tuberculose

La tuberculose peut être prévenue et, dans la plupart des cas, traitée. Les pratiques de contrôle de l’infection peuvent contribuer à réduire le risque de transmission de la tuberculose. Le traitement des personnes atteintes d’une infection tuberculeuse latente peut prévenir le développement ultérieur d’une tuberculose active, et la tuberculose peut généralement être guérie par les médicaments antituberculeux disponibles.[5]

 

[1] https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/tuberculosis

[2] https://theunion.org/news/new-study-shows-smoking-tobacco-doubles-risk-of-recurrent-tuberculosis

[3] https://www.euro.who.int/en/health-topics/communicable-diseases/tuberculosis/news/news/2018/3/smoking-and-tuberculosis-a-dangerous-combination

[4] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25359352/

[5] https://www.cdc.gov/niosh/topics/tb/default.html

 

Les protocoles de traitement actuels obligent le patient à prendre plusieurs médicaments pendant au moins six mois et jusqu’à deux ans ou plus pour certains cas de résistance aux médicaments.[2]

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.