Les maladies liées au tabagisme, des ’’défis majeurs’’ de santé publique

Saly-Portudal (Mbour), 12 août (APS) – Les maladies liées à la consommation des produits du tabac constituent des ’’défis majeurs’’ de santé publique, indique le Consortium pour la recherche économique et sociale (CRES) dans les termes de référence de la conférence régionale de renforcement qui se tient actuellement, à Mbour, sur cette problématique.

’’La consommation des produits du tabac et son impact sur l’occurrence des maladies qui lui sont liées sont des défis majeurs de santé publique’’, a souligné le CRES.

Cette rencontre internationale qui prend fin cet après-midi, après trois jours de travaux, vise à renforcer les capacités des participants en faveur d’une application effective des directives portant harmonisation du droit d’accès sur les produits du tabac dans les Etats membres de la CEDEAO, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

’’La prévalence du tabagisme augmente régulièrement en Afrique et la prévention de son augmentation, en particulier chez les jeunes, reste une grande préoccupation des pays en développement dont la majorité a ratifié la convention cadre de l’OMS de lutte anti-tabac (CCLAT)’’, explique-t-on dans le texte.

Selon la CCLAT, la taxation des produits du tabac est le meilleur instrument pour réduire la consommation de tabac, en particulier chez les personnes vulnérables.

C’est pour cette raison que la CEDEAO a adopté, en décembre 2017, une nouvelle directive visant à durcir la politique de taxation du tabac.

’’Cette directive qui fixe un taux minimum de taxe ad valorem de 50% et une taxe spécifique de deux centimes de dollar américain par tige est fondée sur un ensemble d’arguments théoriques et d’évidences empiriques’’, précise le CRES.

En dépit de son importance avérée, cette directive, notamment son article 14 prévoyant la création d’un comité régional et des comités nationaux de suivi, tarde à être appliquée.

Le CRES fait noter que des changements progressifs de politiques fiscales sont déjà entrepris par certains gouvernements.

L’objectif recherché à terme est de mettre en place un système de taxation efficace, de manière à ce que les taxes d’accise représentent au minimum 75% du prix de vente au détail des paquets de cigarettes.

Source: APS

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *