Nous pouvons parvenir à une bonne santé pour tous si nous nous efforçons à instaurer un monde assaini et sans tabac.

Déclaration de Léonce SESSOU, Secrétaire Exécutif de l’ACTA à l’occasion de la journée mondiale de la santé 2022

Nous pouvons parvenir à une bonne santé pour tous si nous nous efforçons à instaurer un monde assaini et sans tabac.

POUR PUBLICATION IMMEDIATE

Lomé le 07 Avril 2022

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé de cette année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pose la question de savoir si nous pouvons réimaginer un monde où l’air pur, l’eau et la nourriture sont accessibles à tous ; un monde où les économies sont axées sur la santé et le bien-être ; un monde où les villes sont vivables et où les gens ont le contrôle de leur santé et de celle de la planète. Ces questions sont tout à fait pertinentes si l’on considère que le monde ne s’est pas encore totalement remis de la pandémie de COVID-19, qui s’ajoute de manière inquiétante à la pléthore de problèmes majeurs tels que la pollution atmosphérique industrielle et la mauvaise gestion des déchets, qui ont tous des répercussions considérables sur la santé humaine et l’environnement.

La Journée mondiale de la santé 2022 offre l’occasion de réfléchir sur la nécessité d’intensifier les actions pour garantir une planète saine. L’OMS estime que plus de 13 millions de décès dans le monde chaque année sont dus à des causes environnementales évitables. Nous savons déjà que le tabac est la principale cause de maladies comme le cancer, les maladies respiratoires, les maladies cardiaques, avec plus de 8 millions de décès dans le monde.

Œuvrer en faveur d’un monde sans tabac contribuera certainement à atteindre l’objectif de l’OMS d’une planète saine. Le tabac est le facteur de risque de plusieurs maladies et troubles de santé. Sa culture, sa transformation et sa consommation ont des conséquences désastreuses sur l’environnement et, en fin de compte, sur notre santé. Nous devons redoubler d’efforts pour exposer, dénoncer, contrer et isoler l’industrie du tabac, qui a historiquement écologisé sa réputation et ses produits par le biais de programmes tels que la commercialisation de nouveaux produits en les qualifiant d'”écologiques” et le financement d’organisations de protection de l’environnement et de secours aux sinistrés, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Alors que la Journée mondiale de la santé est célébrée ce jour sous le thème “Notre planète, notre santé”, l’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA) appelle les gouvernements africains, la société civile, les médias et toutes les autres parties prenantes à soutenir les efforts de l’OMS pour préserver une planète propre et saine. Les parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) doivent veiller à la mise en œuvre rapide de l’ensemble du traité. Ce faisant, nous nous engageons à protéger le monde contre les effets dévastateurs du tabac et à faire en sorte que notre planète soit en parfait état pour notre santé.

Notre planète est notre maison à tous. Ensemble, nous pouvons parvenir à une bonne santé pour tous si nous nous efforçons de parvenir à un monde propre et sans tabac.

Contact média: AYONG I. CALEB

Email: ayong@atca-africa.org

Liens connexes

Lire d’autres déclarations de l’ACTA

________________________________________________________________________________

L’Alliance pour Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA) est un réseau panafricain d’organisations de la société civile à but non lucratif et apolitique dont le siège est à Lomé, au Togo. Avec des membres dans 39 pays, l’ACTA se consacre à la promotion de la santé publique et l’éradication de l’épidémie du tabagisme sur le continent. L’alliance a le statut d’Observateur à la Conférence des Parties de l’OMS-CCLAT. Elle dispose d’un statut consultatif spécial auprès de l’ECOSOC des Nations unies et est certifiée comme organisation caritative publique par NGOsource.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.