L’Alliance pour le Contrôle du Tabac (ACTA), solidaire avec les jeunes appelle à faire payer les Grands Cigarettiers.

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Lomé le 12 Août2022

À l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août, des organisations mondiales représentant la jeunesse ont publié une déclaration condamnant la création par l’industrie du tabac d’une nouvelle génération de dépendants et appellent les gouvernements à faire payer les compagnies de tabac pour les préjudices passés, présents et futurs.

Les jeunes se sont exprimés en leur nom et au nom de la génération future pour demander justice et réparation et pour s’assurer que l’industrie du tabac n’ait pas de siège à la table. La déclaration souligne l’implication de l’industrie du tabac dans l’épidémie de tabac, le marketing numérique, le sponsoring des événements sportifs, le travail des enfants, les dommages environnementaux, notamment l’accumulation de plastiques toxiques à usage unique dans les océans, qui sont couverts par de fausses philanthropies et des subventions douteuses.

L’ACTA a rejoint l’appel de la jeunesse mondiale. “Lorsqu’un gouvernement permet à l’industrie du tabac d’influencer la politique de lutte antitabac ou de systèmes électroniques d’administration de nicotine, il sert sur un plateau la tête de nos enfants à l’industrie du tabac.  Nous ne devons pas permettre cela”, déclare Léonce SESSOU, Secrétaire Exécutif de l’alliance.

Selon la déclaration, les politiques en matière de vapotage devraient avant tout tenir compte des risques de dépendance des jeunes et de l’usage à des fins récréatives. Les jeunes souhaitent également que les gouvernements exigent de l’industrie du tabac qu’elle rende des comptes et assume sa responsabilité, ce qui peut prendre la forme d’une révocation de licence, d’une indemnisation pour les préjudices subis, de garanties financières pour les préjudices futurs, et peut se traduire par des procès, des surtaxes sur le tabac, des amendes, des frais ou des taxes, entre autres.

Le tabac est à l’origine de 8 millions de décès par an, auxquels s’ajoutent la dépendance et les dommages environnementaux. En Afrique, 13 % des jeunes adolescentes consomment des produits du tabac. Les tendances récentes montrent une augmentation du tabagisme chez les filles. Dans le passé, la prévalence du tabagisme chez les filles était inférieure à celle des garçons. Mais des études récentes ont montré que le taux de prévalence chez les filles (4,6 % à 36,6 %) est devenu aussi élevé que chez les garçons (7,8 % à 36,5 %). Les plastiques à usage unique contenus dans les paquets et les mégots de cigarettes entraînent à eux seuls des pertes de ressources marines d’au moins 20 milliards de dollars par an.

Dans l’ensemble, les pertes sont supérieures à tous les avantages économiques de l’industrie, ce qui représente des pertes économiques annuelles de 1 400 milliards USD. Nous appelons les gouvernements à agir immédiatement pour protéger les jeunes.

Contact média: AYONG I. CALEB

Email: ayong@atca-africa.org

Télécharger la déclaration

Lire d’autres déclarations de l’ACTA

_____________________________________________________________________________________

L’Alliance pour Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA) est un réseau panafricain d’organisations de la société civile à but non lucratif et apolitique dont le siège est à Lomé, au Togo. Avec des membres dans 39 pays, l’ACTA se consacre à la promotion de la santé publique et l’éradication de l’épidémie du tabagisme sur le continent. L’alliance a le statut d’Observateur à la Conférence des Parties de l’OMS-CCLAT. Elle dispose d’un statut consultatif spécial auprès de l’ECOSOC des Nations unies et est certifiée comme organisation caritative publique par NGOsource.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Donate

CFA

Donate

CFA