Un nouveau rapport de l’OMS révèle le terrible impact caché des cigarettes électroniques et des produits du tabac chauffés

Les nouveaux produits du tabac sont le thème d’un rapport de l’OMS qui vient de sortir et examine toute une série de problèmes, depuis les dégâts provoqués par les ingrédients toxiques et l’exposition à la nicotine jusqu’au fait que, en l’absence presque totale de réglementation, de nouveaux produits de la nicotine et du tabac font l’objet d’un marketing agressif auprès des utilisateurs potentiels, dont des enfants et des adolescents.

Le groupe de travail de l’OMS sur la réglementation des produits du tabac entend donner des informations scientifiques sur ces produits aux décideurs politiques, et exhorte ces derniers à combler le vide de la réglementation concernant les nouveaux produits de la nicotine et du tabac. Il s’agit notamment des inhalateurs électroniques de nicotine (ENDS), des inhalateurs électroniques ne contenant pas de nicotine (ENNDS) et des produits du tabac chauffés.

Le tabac tue plus de 8 millions de personnes par an ; plus de 7 millions de ces décès sont imputables au tabagisme direct et environ 1,3 million à l’exposition de non-fumeurs à la fumée. Le tabac finit aussi par tuer jusqu’à la moitié des personnes qui en consomment et reste donc une urgence sanitaire mondiale.

La lutte antitabac doit être menée sur tous les fronts

L’une des principales recommandations de ce nouveau rapport est que les décideurs politiques devraient continuer à se concentrer sur des mesures fondées sur des bases scientifiques pour réduire le tabagisme, comme le prévoit la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Les produits du tabac nouveaux et émergents, que l’industrie du tabac cherche à promouvoir, sont également concernés.

Ce rapport met aussi en évidence les recommandations suivantes :

  • appliquer les réglementations les plus restrictives aux produits du tabac chauffés (y compris aux dispositifs utilisés pour les consommer), conformément aux lois nationales, en tenant compte d’un niveau élevé de protection de la santé humaine ;
  • interdire à tous les fabricants et groupes apparentés d’émettre des allégations quant à la nocivité prétendument réduite des produits du tabac chauffés, par rapport à d’autres produits ;
  • veiller à ce que le public soit bien informé des risques liés à l’utilisation des produits du tabac chauffés, y compris des risques liés à l’utilisation en parallèle de cigarettes classiques et d’autres produits du tabac fumés ;
  • s’appuyer sur des statistiques et des études indépendantes concernant l’impact de l’utilisation de produits du tabac chauffés sur la santé ; encourager ces démarches indépendantes ;
  • obliger les fabricants de tabac à divulguer toutes les informations relatives à ces produits ;
  • interdire tout marketing des cigarettes électroniques et des produits du tabac chauffés, y compris sur les médias sociaux et par le biais d’organisations financées par l’industrie du tabac et associées à celle-ci ;
  • interdire la vente de cigarettes électroniques dont l’utilisateur peut modifier les caractéristiques et les ingrédients liquides ;
  • interdire d’ajouter aux cigarettes électroniques des substances pharmacologiquement actives telles que le cannabis et le tétrahydrocannabinol (là où ces substances sont autorisées).

Le tabagisme, une urgence sanitaire mondiale

Les pays sont invités à mettre en œuvre les recommandations de ce nouveau rapport. Ils disposent de suffisamment d’informations sur la nicotine et les produits du tabac pour agir afin de protéger la santé de leur population, surtout des jeunes générations.

Le rapport constate qu’il y a encore beaucoup à apprendre sur ces produits à mesure qu’ils évoluent. Des recherches indépendantes supplémentaires sont nécessaires pour étudier toute la complexité des ENDS, des ENNDS et des produits du tabac chauffés, en particulier les stratégies de marketing et la prévalence de leur utilisation.

Il y a plus d’un milliard de consommateurs de tabac sur la planète, et des millions d’utilisateurs de nouveaux produits. Les dommages collectifs causés à la santé des personnes par le tabac et les produits connexes sont profonds. La communauté de la santé publique doit répondre à l’appel et mettre en œuvre des politiques et des recommandations fondées sur des données probantes – telles que celles décrites dans la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac – afin de contrecarrer l’industrie du tabac et de sauver des vies.


Source: WHO

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *