72ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique au Togo

La 72ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique se déroule à Lomé, au Togo. La session a été lancée par le président togolais Faure Essozimna Gnassingbé, en présence de plusieurs dignitaires, dont le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Environ 700 délégués participent à la réunion et réfléchiront, entre autres, à la pandémie de COVID-19 et à son impact sur le système de santé, aux maladies non transmissibles, au changement climatique, aux épidémies, au financement de la santé, aux urgences sanitaires et aux partenariats dans le secteur de la santé.

Parmi les points qui seront discutés au cours de la session figure le rapport d’activité de l’OMS sur la stratégie mondiale pour accélérer la lutte antitabac : Faire progresser le développement durable par la mise en œuvre de la CCLAT de l’OMS 2019-2025. Cette stratégie a été adoptée en 2018 par la Conférence des Parties (COP8) à la CCLAT de l’OMS et vise à guider la réalisation accélérée de l’objectif global d’une réduction relative de 30 % du tabagisme d’ici 2025.

Selon le rapport, la Région Afro de l’OMS est en bonne voie pour atteindre une réduction relative de 30 % de la prévalence du tabagisme d’ici 2025 chez les personnes âgées de 15 ans et plus. Vingt-cinq (53 %) États membres sont en voie d’atteindre cet objectif, tandis que 15 (32 %) ont enregistré une réduction de la prévalence du tabagisme mais n’atteindront probablement pas l’objectif.

Le rapport souligne que seize (34 %) États membres ont élaboré et mis en œuvre des plans stratégiques multisectoriels de lutte antitabac alignés sur la CCLAT de l’OMS, tandis que vingt-deux (47 %) États membres ont amélioré les mesures fiscales et tarifaires par le biais d’une réforme des politiques, en utilisant le modèle de simulation fiscale de l’OMS (WHO TaxSim) pour l’analyse des données et la modélisation afin de fournir la base scientifique des réformes.

Le rapport met également l’accent sur la Communauté économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui ont adopté des directives sur la fiscalité du tabac, ainsi que sur l’engagement croissant des organisations de la société civile dans la lutte antitabac, notamment l’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA), qui a été admise en tant qu’observateur à la COP lors de la neuvième session de la Conférence des Parties (COP9) à la CCLAT de l’OMS.

Le rapport note que l’ingérence de l’industrie du tabac reste un défi important pour la lutte antitabac dans la région et que certains États membres ont signalé des cas d’ingérence, notamment des litiges contre les lois et réglementations antitabac en Afrique du Sud, au Burkina Faso, au Kenya et en Ouganda.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Donate

CFA

Donate

CFA