Santé-Kinshasa : l’ACCT alerte sur la vente libre des appareils de consommation de la chicha

Santé-Kinshasa : l’ACCT alerte sur la vente libre des appareils de consommation de la chicha

L’Alliance Congolaise pour le Contrôle de Tabac (ACCT) tire la sonnette d’alarme sur la commercialisation des appareils de consommation de la chicha en République Démocratique du Congo. Jacquemain Mvilambi, coordonnateur de cette organisation de la société civile alerte sur la vente libre de l’appareil de consommation de la chicha notamment dans la ville de Kinshasa où les jeunes consomment sans contrôle ce produit du tabac.

“Cet appareil de la mort est en vente libre dans plusieurs supermarchés à travers la ville province de Kinshasa. L’Alliance Congolaise pour le Contrôle de Tabac interpelle les autorités concernées pour prendre des dispositions pertinentes susceptibles de contrer ce marché de l’industrie du tabac en RDC”, a dit Jacquemain Mvilambi à notre rédaction.

Cette interpellation tombe à point nommé. A Kinshasa, la consommation de la chicha est devenue un luxe pour plusieurs jeunes alors que ce produit du tabac est très destructeur. Il est notamment composé…

Composition et dangerosité

Chef de Bureau Etudes, Planification et Partenariat au PNLCT, Dr Mounha Ndofula a indiqué que la fumée de la chicha est comparable à celle de la cigarette. “La chicha, autrement appelée Le Narguilé est une pipe à eau dont les composants sont généralement le tabac associé à une mélasse d’arômes qui se consument avec du charbon.

La fumée produite par cette pipe est directement inhalée et est comparable à celle de la cigarette parce qu’elle expose potentiellement  le consommateur  aux mêmes effets néfastes que la cigarette classique  plus ceux liés aux produits chimiques (arômes) ajoutés pour accentuer la saveur”, a-t-elle expliqué.

Selon l’OMS, le monde compte environ 100 millions de consommateurs de la Chicha. L’usage de la chicha est très répandu en Amérique et au moyen orient. “En RDC, l’émergence à plus grande échelle de la consommation de chicha semble être simultanée à l’apparition ou multiplication de lieux de loisirs (bars, terrasses, boites de nuit, buvettes, sites touristiques, etc…) et ce, du fait de migration des peuples venus des pays où la chicha est encrée socialement et culturellement, particulièrement les indo-pakistanais”, a expliqué cet expert en santé publique.

Pour Dr Mounha, les raisons de cet engouement sont multiples : la mondialisation par circulation des biens au-delà des frontières, le tourisme, le brassage culturel, la fausse croyance que la chicha est moins toxique que la cigarette classique, la recherche de la nouveauté, goûter aux produits exotiques, etc…

“Aujourd’hui,  beaucoup d’autres produits entrent dans la composition de la chicha. En RDC, le chanvre indien, les liqueurs locales (agene, pastis,…) Sont incluses dans le cocktail de la chicha. Ce qui aggrave les effets psychiques du produits et les effets  deviennent de plus en plus intenses en fonction de la proportions  de chaque produit incorporé”, alerte Dr Mounha.

Le tabac, une menace pour la santé humaine et l’environnement

Célébrée le 31 mai dernier sous le thème « le Tabac : une menace pour l’environnement », la journée mondiale sans tabac a été l’occasion saisie par l’ACCT en collaboration avec le Programme National de Lutte Contre les Toxicomanies et les Substances Toxiques (PNLCT) pour sensibiliser la population sur les méfaits du tabagisme, sur la dangerosité des produits toxiques utilisés pour la fabrication des cigarettes ainsi que du nombre alarmant avoisinant 4.000 produits toxiques contenus dans la fumée de la cigarette. Contrairement à ce que pensent plusieurs personnes, la cigarette n’est pas la seule forme du tabagisme. La chicha en fait partie est semble plus dangereuse de par sa composition.

A cette occasion, le Coordonnateur de l’ACCT avait tiré la sonnette d’alarme sur les déchets plastiques du tabac, particulièrement, le mégot de la cigarette qui a une durée de vie active de 15 années et qui, à elle seule, pollue 500 litres d’eau alors que celle-ci est une denrée rare et vitale pour l’homme.

Jacquemain Mvilambi avait insisté sur la nécessité de mener de grandes sensibilisations de masse, de vulgariser la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) et la loi-cadre de santé publique, inconnue du grand public, Kinshasa n’étant pas la République Démocratique du Congo.

Source: Topdirect

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.