France: nouveau plan contre les cancers

Lutter contre les cancers. L’objectif est clair. C’est celui du gouvernement. Pour ce faire, il entend aller vers une France sans tabac, ce qui inclut de nouvelles hausses des prix, et limiter les excès d’alcool. Ce sont deux axes majeurs de la nouvelle stratégie de lutte contre le cancer pour les dix années à venir. Les grandes lignes de cette stratégie décennale 2021-2030 avaient été annoncées en février par le président Emmanuel Macron. Elles ont été confirmées, le 5 juillet, à l’occasion de la tenue du premier comité de pilotage de ladite stratégie. L’un des principaux objectifs de ce plan est de « réduire de 60 000 par an le nombre de cancers évitables à horizon 2040 », indique le Premier ministre Jean Castex dans le dossier de présentation.  

Selon les chiffres officiels, 382 000 personnes apprennent chaque année qu’elles sont touchées par un cancer et 157 500 en meurent. Or, on estime que 153 000 cancers par an pourraient être évités.  C’est pourquoi l’action publique doit être guidée par « la perspective d’une France affranchie du tabac », selon les termes du plan. Avec 45 000 morts par an, le tabac est, en effet, « le premier facteur de risque de cancer ».  Le gouvernement veut donc poursuivre l’action menée dans le cadre de la lutte anti-tabac ces dernières années, qui a permis de faire baisser d’1,6 million le nombre de personnes fumeuses entre 2016 et 2018, rappelle l’AFP. « Le prix de vente de tous les produits du tabac devra converger vers les prix les plus hauts, pratiqués par les pays les plus avancés sur ce sujet (Australie, Royaume-Uni, Irlande) », selon le plan français.  Plusieurs hausses de prix ont été imposées en France ces dernières années, et le paquet de 20 cigarettes coûte désormais environ 10 euros. 

En Australie, cela peut aller jusqu’à l’équivalent de 30 euros. On devrait donc voir arriver de nouvelles hausses dans les années à venir. Juste derrière le tabac, « l’alcool est le deuxième facteur de risque de cancer ». Pourtant, le produit conserve une image « positive pour la population qui l’associe à la fête, à la convivialité et au plaisir ».  Du coup, la stratégie de réduction envisagée n’est pas la même que celle contre le tabac. Il faut « prendre en compte la dualité « risque/plaisir » propre à la consommation » d’alcool.  L’objectif n’est donc pas le zéro alcool, mais la diminution des consommations excessives, supérieures aux repères établis par les autorités sanitaires. Cela passe par l’adoption d’un « programme national de prévention du risque alcool, interministériel et pluridisciplinaire ». Les autres objectifs de la stratégie de lutte contre le cancer sont de « réaliser 1 million de dépistages en plus à horizon 2025, réduire de deux tiers à un tiers la part des patients souffrant de séquelles cinq ans après un diagnostic, améliorer le taux de survie des cancers de plus mauvais pronostic à horizon 2030 », a souligné le Premier ministre.  Pour renforcer le dépistage du cancer colorectal, à partir d’octobre 2021, toute personne éligible pourra recevoir le kit nécessaire à domicile, après une commande en ligne, sans consultation médicale préalable. En février, Emmanuel Macron avait indiqué que cette stratégie décennale s’appuierait sur un financement de 1,7 milliard d’euros pour les cinq premières années, dont 600 millions d’euros pour la recherche.

Source: Seronet

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *