La vaporeuse ambitionne d’interdire la publicité pour la cigarette

La vaporeuse ambitionne d’interdire la publicité pour la cigarette

Les Suisses sont appelés à se prononcer, le 13 février, sur le bannissement de la publicité pour le tabac destinée aux mineurs. Or, de nouveaux produits vantés sur les réseaux sociaux passeraient entre les mailles du filet que les initiants veulent tendre.

La protection de la jeunesse est un but noble avec lequel on ne peut être qu’en accord. En Suisse, la prévalence de la cigarette est de 27%. Ce taux reste stable. Il n’a pas baissé malgré l’apparition de la cigarette électronique, ces dernières années. Avec l’augmentation de la population, cela signifie que les fumeurs, en Suisse, sont toujours plus nombreux. En 2020, les ventes de cigarettes ont augmenté de 4%. On peut estimer à 200 000 le nombre de nouveaux consommateurs d’un produit dont on sait qu’il provoque beaucoup de décès et qu’il coûte des milliards aux caisses maladie et à la société dans son ensemble.

Comment ne pas vouloir préserver les enfants en ne les exposant pas à cette menace? Le problème de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» sur laquelle les Suissesses et les Suisses devront se prononcer le 13 février prochain, est cependant qu’elle est en même temps radicale et inefficace.

Interdictions unifiées

Le texte va en effet très loin et bannit toute possibilité de faire de la publicité pour des produits contenant du tabac si elle est accessible à des mineurs. Aujourd’hui, la loi interdit déjà la promotion directe lors d’événements et dans des publications destinées aux jeunes. La distribution d’échantillons gratuits aux moins de

18 ans est également prohibée. Plusieurs cantons, dont Fribourg, Genève, Vaud et le Valais, sont allés plus loin et ont étendu cette exclusion aux annonces dans la rue, dans les cinémas (Genève et Valais) et au parrainage d’événements culturels et sportifs (Valais). Le contre-projet indirect proposé par le parlement a l’avantage de légiférer pour la première fois au niveau fédéral, en unifiant l’interdiction de la publicité sur les affiches, dans les cinémas et lors de manifestations sportives. Les dispositions cantonales plus sévères restent naturellement en place.

La riposte parlementaire interdit également la vente de produits contenant du tabac aux jeunes de moins de 18 ans. Aucune réglementation unifiée n’existe actuellement en Suisse sur ce point. Les initiants jugent toutefois ces dispositions trop laxistes. Ils tiennent à exclure la publicité tabagique d’internet également. C’est cet appétit qui menace pourtant de rendre leur texte inopérant.

Fumée dans les préaux

De nouvelles cigarettes électroniques font fureur dans les préaux. Jetables et ludiques, elles visent spécifiquement les jeunes. Or, leur promotion se fait via des réseaux sociaux qui ne sont pas basés en Suisse et par des influenceurs aux audiences planétaires. La mise en œuvre de l’interdiction proposée par l’initiative va se révéler problématique, pour ne pas dire impossible, concernant ces produits, véritables fabriques à fumeurs. Ce texte ambitieux manque ici sa cible.

Source: Le Temps

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.