L’Afrique – “d’un atout mal aimé en une plate-forme de croissance future” pour Imperial Brands

L’Afrique – “d’un atout mal aimé en une plate-forme de croissance future” pour Imperial Brands

Lors de son assemblée annuelle des actionnaires, qui s’est tenue récemment au Royaume-Uni, le géant du tabac Imperial Brands a annoncé ses bénéfices et ses projets pour les cinq années à venir, qui laissent entrevoir un avenir sombre pour l’Afrique. La multinationale du tabac prévoit de transformer l’Afrique “d’un bien mal aimé en une plate-forme de croissance future”.

Selon Imperial Brands, les ventes de tabac devraient “diminuer dans la plupart des régions, sauf en Afrique”. D’après le géant du tabac, en Afrique, il occupe “des positions de leader sur quatre de nos cinq principaux marchés, grâce à des marques fortes et à des capacités inégalées de mise sur le marché.” Il ajoute qu’il a identifié des opportunités pour stimuler la croissance à travers de multiples leviers dans la région, où l’accessibilité financière s’améliore à mesure que les revenus augmentent.

Dans le rapport annuel, Imperial Brands parle d’augmenter sa part de marché et, par conséquent, de gagner plus d’argent, en se concentrant sur les “marques bijoux” locales. “La région Afrique continue d’être un portefeuille de marchés attrayant offrant des possibilités de croissance supplémentaire de la valeur. … tandis que notre concentration sur les marques de bijoux locales a permis de gagner des parts de marché au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.”

Léonce Sessou, Secrétaire Exécutif de l’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA), note qu'”il est scandaleux qu’Imperial Tobacco se réfère à l’Afrique d’une manière aussi dégradante. L’Afrique n’est pas à vendre à l’industrie du tabac. Nous n’avons pas besoin de l’amour d’une industrie qui vend un produit nocif qui tue notre peuple. Le tabac est le baiser de la mort”.

Table 1: Pays africains où Imperial Brands contrôle le marché des cigarettes

Burkina Faso MABUCIG sa, filiale d’Imperial Tobacco MABUCIG (Manufacture de cigarettes du Burkina) est le leader local et contrôle plus de 80 % du marché des cigarettes ; elle vend des marques telles que Davidoff et Hamilton.
Tchad Manufacture des Cigarettes du Tchad (MCT), filiale d’Imperial Tobacco Contrôle 65% du marché des cigarettes. Marques de cigarettes – Fine, News et PS
Cote d’lvoire Société Ivoirienne des Tabacs (SITAB), filiale d’Imperial Tobacco. SITAB est le leader du marché (45% des ventes) et le seul fabricant local.

SITAB vend des marques de cigarettes telles que Fine, Gauloises Blondes et Mustang.

Gabon Distributeur: Compagnie d’exploitations commerciales africaines Ceca-Gadis est le principal allié/distributeur des produits Imperial Brands au Gabon.
Senegal Manufacture de Tabacs de l’Ouest Africain (MTOA) filiale locale d’Imperial Tobacco Leader du marché de la cigarette

Dans sa quête d’augmentation des ventes de cigarettes en Afrique, Imperial Brands a sapé les efforts des gouvernements pour protéger la santé publique. Dans leurs indices nationaux d’ingérence de l’industrie du tabac, les défenseurs de la lutte antitabac ont signalé comment Imperial a fait obstacle aux efforts de lutte antitabac. ACONTA au Burkina Faso, par exemple, a documenté comment une loi de 2015 visant à appliquer 60 % d’avertissements sanitaires illustrés sur les paquets de cigarettes a été retardée lorsque les dispositions de cette ordonnance ont été contestées par MABUCIG (Imperial). Cela a également été révélé dans un exposé du Guardian, en 2016. Imperial Tobacco a envoyé une lettre au ministre de la Santé du Burkina Faso pour l’avertir que les restrictions sur l’étiquetage et l’emballage des cigarettes risquent de causer des dommages économiques et sociaux au pays. Après un retard de 4 ans, les avertissements sanitaires graphiques ont finalement été mis en place en juillet 2019.

De même, en Côte d’Ivoire, CLUCOD a indiqué dans son index comment les paquets de tabac ont longtemps nécessité un avertissement textuel sur le flanc. Cependant, les nouveaux avertissements illustrés de 70 % exigés par l’article 11 de la loi publique n° 2019-676 sur le recto et le verso du paquet ont été retardés pendant plusieurs années.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.