Arrêter de fumer : « c’est le plus beau cadeau pour la santé » (Armel Johnson)

Arrêter de fumer : « c’est le plus beau cadeau pour la santé » (Armel Johnson)

La plupart des jeunes s’adonnent à la cigarette par suivisme. Une fois essayée, il devient difficile de s’en débarrasser. Selon les estimations de l’OMS, seuls 0,5 à 5% des fumeurs parviennent sur la base de leur seule volonté, à rester abstinents sur le longterme.
« Pour rompre avec la cigarette, il faut être catégorique et prier. Moi j’ai réussi… », a déclaré à l’agence Savoir News, Armel Kwassi Johnson (journaliste togolais) dans une interview. Lisez plutôt. Monsieur Johnson, vous êtes journaliste et un fumeur connu. C’est vraiment difficile de croire que vous avez arrêté de fumer… dites-nous, à quand remonte la dernière baguette ?
J’ai fumé durant 16 à 17 ans. Mais j’ai arrêté et c’est définitif ! J’ai tiré la dernière bouffée de cigarette le soir du 20 janvier 2019. Depuis cette date, je n’ai plus jamais fumé et je ne m’imagine même pas en train
de tenir une cigarette. Je ne supporte plus la fumée, je ne supporte plus l’odeur de tabac. J’en suis devenu complètement intolérant.
De janvier 2019 ce jour, aucune fumée… Est-ce facile de rompre avec la cigarette ? C’est très difficile de rompre avec la cigarette. La seule volonté ne suffit pas toujours. Plus d’une fois j’ai essayé sans succès (souvent mal au cœur, aux poumons, des malaises indescriptibles, la persistance du besoin,…). Je reprenais donc après quelques semaines ou dès que j’ai un petit souci… Il faut une volonté soutenue par la détermination et surtout la prière. C’est ce qui m’a sauvé. Car je dois avouer que j’ai été sauvé de la cigarette.

Beaucoup disent que l’arrêt doit être progressif, accompagné de prise en charge. Êtes-vous passé
par un centre de désintoxication ? Arrêter progressivement, n’est pas la solution. Il faut être catégorique avec la cigarette, car dès qu’un fumeur a un petit souci, il retombe dans la cigarette.
Dès qu’il est en colère, il fume, dès qu’il est stressé, il fume. Il faut donc être formel puis s’accrocher à Dieu ! C’est très difficile mais, si par miracle quelqu’un peut décider de cesser, je lui dirai que c’est le plus beau cadeau qu’il puisse orir à sa santé. Mais il devra être catégorique, tenace dans sa décision et s’accrocher à Dieu. Moi j’ai réussi et sans aucun processus de désintoxication. Aujourd’hui, je me sens bien, et mon dernier bilan de santé est plutôt satisfaisant.
Environ 17 ans de vie avec la cigarette, qu’est-ce que vous avez gagnée ? Je l’ignore et je ne cherche pas non plus à savoir ce que j’ai perdu. Aujourd’hui, je ne fume plus et je suis en bonne santé. Franchement, c’est ce qui compte pour moi.

Mais comment êtes-vous rentré dans la cigarette ?
C’est très facile d’être en contact avec la cigarette. Moi j’y ai été traîné par un cousin fumeur du même âge que moi, venu de la Côte d’Ivoire, que je suivais partout. C’est lors d’une soirée qu’il m’a tendu la première baguette de cigarette que j’ai tenue de ma vie. Je lui ai dit que je ne fume pas. Il m’a dit (tout sourire), d’essayer voir … Je me suis mis à tousser après avoir tiré la première fumée. Il s’est un peu moqué de moi, puis m’a encouragé. Sans précision je devais être dans la vingtaine (j’étais en classe de Première ou Terminale). Le lendemain il m’a refait la même proposition et, en
trois à quatre jours, j’ai vraiment commencé par fumer, ignorant que l’occasionnel fumeur allait garder cette habitude pour plusieurs années. Mes parents se sont rendus compte longtemps après et c’était connu de tous.
Alors, qu’est-ce que vous ressentez quand vous fumez ? Ça fait du bien ? Décrivez nous. J’avoue qu’on ressent quelque chose qui nous fait un certain bien. Mais à quel point ? Vous ne pouvez pas savoir…. Il faut goûter pour apprécier. On a une sensation de bien être, quelque chose d’indescriptible. Et c’est sans doute ce qui pousse à continuer, car la dépendance s’est déjà installée. Elle est à la fois physique et psychique. Et vous l’entretenez avec chaque baguette que vous brûlez, peu importe la marque. C’est l’effet nicotine.

Quels sont les moments où on ressent le besoin de fumer, les moments incontournables ?
Il y a des moments où un vrai fumeur ne peut se passer de cigarette. Lorsqu’il finit de manger, un vrai fumeur doit absolument tirer une bouffée. Quand il prend de l’alcool, l’envie de fumer se fait ressentir, c’est automatique ! Après un moment d’intimité, il doit tirer… Quand il va aux toilettes, un vrai fumeur doit avoir sur lui une cigarette en main, c’est incontournable, comme un réflexe ! Les périodes de fraîcheur sont particulièrement celles où on est tout
en fumé.

Aux toilettes, c’est pour chasser les odeurs ?
Je ne sais pas, mais c’est comme ça ! C’est pareil quand on réfléchit, quand on stresse ou qu’on angoisse. Ce que je dis, tous les vrais fumeurs vont vous répéter la même chose. Moi, j’avais tous ces réflexes. Pour nous, ça fait du bien. Après un repas, ou un verre de vin, quand tu tires une cigarette, tu ressens quelque chose qui te fais dire : Waow ! On
ne peut vraiment pas décrire, et c’est là que se pose la question de la dépendance.

Alors, la première baguette, c’était à quel âge et la dépendance a duré combien d’années? Les moments de ruptures…
J’ignore à quel âge, mais je devais être en classe de première ou terminale. Disons que j’avais environ une vingtaine d’années. Et sur toute la ligne, j’ai fumé durant 16 à 17 ans. Il arrive des périodes où j’arrive à arrêter, mais ça n’a jamais duré plus de 3mois. Je me dis : bon j’arrête, mais je reprenais après 2 à trois mois. Les seules périodes où j’arrêtais de fumer et j’avais dégoût total pour la cigarette, c’est quand j’étais malade. Mais une fois guéri,
automatiquement, je reprenais avec la cigarette.

Réaction des parents… ?
Ma mère essayait de me sensibiliser. Vous savez, face à ces genres de situation, les mamans se réfugient dans la prière. Elle me suppliait et me demandait souvent quand est-ce que je vais arrêter…
En revanche, mon père a fumé pendant longtemps. Je lui ai même déjà acheté des cigarettes et je l’ai plusieurs fois vu fumer. Mais j’ignore pourquoi et comment il a complètement arrêté de fumer et il ne l’a d’ailleurs plus jamais fait.

Alors quels ont été les motifs de votre rupture avec la cigarette. Qu’est-ce qui a été le déclic ? Il faut dire qu’à un moment de ma vie, j’ai eu de sérieux problèmes et ma sœur m’a entraîné à l’Église. De là est née ma volonté de me débarrasser de tous mauvais comportements, afin de me réconcilier avec Dieu et me reconnecter avec lui pour trouver des solutions et m’en sortir, car j’étais confus. Alors je me suis donné à fond et j’y croyais. Et c’est cette grâce-là qui a fait que j’ai vraiment réussi à rompre avec la cigarette

Que s’est-il passé ensuite ?
Eh bien, au fil des jours, j’ai commencé à me poser des questions : suis-je un bon chrétien ? J’allais à l’église, je priais, je jeûnais et je ne ratais aucune occasion pour écouter le sermon, Mais je continuais à fumer et j’étais toujours collé à mes habitudes (boisson, sorties inutiles, gaspillage, …), tout le contraire de ce qui est dit dans la Bible ! Les gens vont dire que je suis un faux chrétien. Alors il faut que Dieu m’aide à me débarrasser de la cigarette. J’ai essayé, mais c’est le jour où je dis que je ne vais plus fumer, que je me retrouve à fumer le plus… Ma conscience me disait qu’il fallait que je change de comportement pour plaire à Dieu. Alors, il y a eu des séances de délivrance… ? Non, mais j’ai été appelé par un prête pour participer à un triduum de prières. Ce fut un moment d’intense méditation pendant lequel le prêtre a demandé que chacun s’intériorise et demande ce qu’il veut à Dieu ; j’ai saisi cette opportunité avec foi pour faire ma requête ce 1er janvier 2019.
Vous pouvez ne pas me croire, mais le 20 janvier 2019, j’ai acheté 4 bâtonnets de cigarettes et, les tenant en mains et je disais ceci : »je fume ces 4 et j’arrête ». Et après avoir fumé le dernier bâtonnet, je l’ai écrasé avec mon pied en disant « c’est fini ; j’ai arrêté, je ne fume plus ! ». Et c’était fini. Le lendemain matin, j’avais perdu le réflexe
cigarette alors que j’en fumais jusqu’à 15 bâtonnets par jour… ! Incroyable, mais c’est vrai.
Le 20 janvier dernier ça a fait 2ans que j’ai arrêté defumer, sans assistance médicale. J’ai juste eu à gérer
la mauvaise haleine, je n’ai eu aucun malaise. Je suis en forme, je le sens dans ma peau. De plus, je vis
mieux.

Quel conseil pour ces jeunes qui s’adonnent à la cigarette ?
La cigarette n’est ni l’ami de votre santé, ni de votre poche. On se souvient quand on a commencé, mais on ignore quand et comment on pourra réellement arrêter… Et si par miracle quelqu’un décide d’en finir avec la cigarette, qu’il soit ferme dans sa décision et qu’il s’accroche surtout à Dieu, car il y a un volet psychologique ou psychique de la chose, et qui entretient la dépendance. C’est difficile, mais moi j’ai pu réussir et je suis en forme.

Source: Savoir News

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.