L’industrie du tabac est “un des plus grands pollueurs”, alerte l’OMS

L’industrie du tabac est “un des plus grands pollueurs”, alerte l’OMS

L’industrie du tabac a un “impact désastreux sur l’environnement”, a prévenu mardi le directeur de l’OMS pour la promotion de la santé, Rüdiger Krech.

Le tabac n’est pas seulement nocif pour la santé, il l’est aussi pour la planète. L’industrie du tabac est en effet la cause de dégâts environnementaux considérables, entre montagnes de pollution et émissions contribuant au changement climatique, a averti mardi 31 mai l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’industrie du tabac est “l’un des plus grands pollueurs que nous connaissons”, a expliqué à l’AFP le directeur de l’OMS pour la promotion de la santé, Rüdiger Krech, présentant un rapport aux conclusions “assez désastreuses”.

Quelque 4 500 milliards de mégots chaque année

Le document, intitulé “Le tabac, poison pour notre planète”, se penche sur l’empreinte environnementale du secteur dans son ensemble, de la culture des plants à la fabrication des produits du tabac, en passant par la consommation et les déchets.

Alors que l’industrie est responsable de la perte de 600 millions d’arbres, la culture du tabac utilise chaque année 200 000 hectares de terres et 22 milliards de tonnes d’eau, et émet environ 84 millions de tonnes de CO2, selon le rapport.

“Les produits du tabac, qui sont les détritus les plus souvent jetés de la planète, contiennent plus de 7 000 composés chimiques qui, une fois jetés, se répandent dans l’environnement”, poursuit Rüdiger Krech.

Chacun des 4 500 milliards de mégots de cigarettes qui finissent chaque année dans la nature peut polluer jusqu’à 100 litres d’eau, souligne-t-il.

Travail d’enfant

Les dangers du tabac pour la santé ne se limitent pas à la consommation et aux déchets : près d’un quart des cultivateurs de tabac souffrent de la maladie du tabac vert, une forme d’empoisonnement à la nicotine par la peau.

En contact constant avec des feuilles de tabac, ces cultivateurs consomment l’équivalent de la nicotine contenue dans 50 cigarettes par jour, explique Rüdiger Krech, qui souligne que le secteur emploie un grand nombre d’enfants. “Imaginez seulement : un enfant de 12 ans exposé à 50 cigarettes par jour”, conclut-il.

D’après le rapport, le tabac est souvent cultivé dans les pays plutôt pauvres, où l’eau et les terres cultivées sont souvent rares, et où ces cultures prennent la place d’une production alimentaire cruciale.

La culture du tabac est aussi responsable pour environ 5 % de la déforestation dans le monde, et contribue à l’épuisement de précieuses réserves d’eau.

Une part importante des émissions globales de gaz à effet de serre provient en outre de la transformation et du transport du tabac – l’équivalent d’un cinquième de l’empreinte carbone du transport aérien.

L’OMS alerte également sur les produits dérivés du tabac – cigarettes, tabac sans fumée et e-cigarettes – qui contribuent de manière significative à l’accumulation de la pollution plastique dans le monde.

Les filtres de cigarettes contiennent des traces des micro-plastiques, ces petits fragments retrouvés dans les océans du monde entier, y compris au fond de la fosse des Mariannes, la plus profonde du monde – ce qui en fait la deuxième plus importante source de pollution plastique au monde.

Pollueur-payeur

Contrairement à ce que prétend l’industrie du tabac, il n’y a pourtant pas de preuves que ces filtres ont un effet bénéfique sur la santé, souligne l’OMS.

L’agence onusienne exhorte donc les responsables politiques du monde entier à traiter ces filtres comme des plastiques à usage unique, et à envisager leur interdiction.

Elle déplore également que les coûts gigantesques du nettoyage des déchets de l’industrie du tabac soient supportés par les contribuables du monde entier.

D’après le rapport, la Chine dépense chaque année environ 2,6 milliards de dollars pour traiter les déchets issus des produits du tabac. Pour l’Inde, la facture s’élève à 766 millions de dollars, alors que le Brésil et l’Allemagne doivent s’acquitter de 200 millions de dollars chacun.

L’OMS insiste donc pour que d’avantage de pays suivent l’exemple de la France et de l’Espagne en adoptant le principe du pollueur-payeur. Pour Rüdiger Krech, il est important que “l’industrie paie vraiment pour les dégâts qu’elle est en train de créer.”

Source: France 24

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.